Tous les articles par La rédaction

Nuits lumineuses: un mystère résolu ?

Que sont les nuits lumineuses?

Il arrive que certaines nuits, le ciel, où plutôt, l’atmosphère s’illumine de manière anormale. On les appelle les nuits lumineuses. À tel point que certains racontent qu’il est possible de lire un journal sans autres lumières 🙂 . Grâce à des données satellites, des chercheurs tentent aujourd’hui d’expliquer ce phénomène qui nous intrigue depuis des siècles… Aujourd’hui, ces clartés nocturnes ne peuvent plus guère être observées par le grand public. La faute à la généralisation de la pollution lumineuse.Image représentant des nuits lumineuses.

Mais alors, comment est-ce possible?

 Des chercheurs de l’université York ont analysé des données satellites pour tenter d’expliquer ce phénomène en question, qui peut gêner les astronomes lors de leurs observations. Celui-ci résulte de pics de ‘Lueurs d’air’ ou de ‘Lumières du ciel nocturne’
(Pour informations pour la suite: en anglais, cela se dit « airglow »),

qui correspondent à de faibles émissions de lumière visible par l’atmosphère terrestre. L’apparition de tels pics serait due aux ondes de Rossby, ces mouvements ondulatoires et planétaires d’air dans la haute atmosphère.

Voici une petite vidéo pour mieux comprendre ce que sont ces « lumières du ciel nocturne », ainsi que le problème de ces étranges phénomènes qui brouillent les télescopes de l’ESO  …

Supernova ou étoile dévorée?

Une supernova ou pas ?

La plus brillante supernova observée grâce aux télescopes du réseau « All-Sky Automated Survey for Supernovae » en 2015, se révélerait être en réalité une étoile dévorée par un trou noirVue d'artiste d'une supernova.

Voici ce que nous énonce l’étude de l’équipe Giorgos Leloudas. L’éclat de cet astre nous avait marqué par sa puissance. En effet, celle-ci était environ 570 millards de fois supérieure à celle de notre Soleil. Soit plus de 20 fois l’ensemble de La Voie Lactée!

Mais malheureusement, 2 données prouve le contraire… Est-ce vraiment une supernova?

Premièrement, l’étoile devrait être Supermassive. Ce qui n’est pas courant du tout dans cette zone.
Deuxièmement, la température de l’éclat augmente et vire dans l’ultraviolet. Ce qui correspond plus au déchirement par un trou noir.Image supernova avale une étoile

L’étoile se serait rapprochée de l’horizon de ce trou noir glouton, jusqu’à s’étirer sous la monstrueuse gravité de ce trou noir.
Après avoir atteint cette zone, elle y aurait déclenché un flash extrêmement  puissant qui aurait induit en erreur nos scientifiques…

Le fabuleux parcours de Thomas Pesquet

Qui est Thomas Pesquet?

Photo de Thomas Pesquets, Peggy Whitson et Oleg Novitskiy avant l'embarquement pour décoller.
Photo de Thomas Pesquets, Peggy Whitson et Oleg Novitskiy avant l’embarquement pour décoller.

Je vous propose une petite biographie de Thomas Pesquet, pour rentrer dans le sujet…

Né le à Rouen, il est un astronaute français de l’Agence spatiale européenne (ESA). Après une formation d’ingénieur aéronautique, il a occupé différents postes dans l’industrie aérospatiale et à l’agence spatiale européenne avant de devenir, en 2004, pilote de ligne. En 2009, il fait partie des six candidats retenus pour former le troisième groupe d’astronautes européens sélectionnés par l’agence spatiale. Thomas est le dixième Français à partir dans l’espace en décollant le 17 novembre 2016 à bord de Soyouz MS-03 dont l’équipage occupe la Station spatiale internationale de novembre 2016 à juin 2017. Durant cette mission, notre astronaute a mené une centaine d’expériences dont la moitié développée par l’Agence spatiale européenne ou le CNES, l’autre moitié par la NASA. Il effectue plusieurs sorties extra-véhiculaires de six heures pour des missions de maintenance de la Station spatiale internationale.

Il est nommé Ambassadeur de l’UNICEF pour le changement climatique et l’accès à l’eau potable en novembre 2016

La préparation de sa mission

Thomas et ses coéquipiers devant le lanceur Soyous.
Thomas et ses coéquipiers devant le lanceur Soyous.

Lorsque l’Agence spatiale européenne lance une nouvelle campagne de recrutement d’astronaute en 2008, Thomas Pesquet présente sa candidature pour faire partie du Corps européen des astronautes. Il fait partie des six candidats retenus en mai 2009 parmi les 8 413 postulants. Celui-ci reçoit donc une formation initiale au Centre des astronautes européens (EAC) qui s’achève mi-novembre 2010.

Il est le plus jeune des astronautes recrutés par l’Agence spatiale européenne!

Photo de Thomas et ses coéquipiers en entraînement.
Thomas et ses coéquipiers en entraînement.

Il entame donc le long programme d’entraînement et d’apprentissage qui le prépare à sa future mission à bord de l’ISS. Les formations, selon leur nature, se déroulent principalement en Allemagne, en Russie et aux États-Unis. À la Cité des étoile, il s’entraîne à piloter le vaisseau Soyouz dans toutes les situations normales et d’urgence durant les phases critiques du vol, c’est-à-dire au décollage, lors du rendez-vous en orbite avec la station spatiale et lors de la rentrée atmosphérique. Il va donc faire beaucoup d’exercices, ainsi que de test pour ce préparer au jour J.

!Décollage immédiat!

Insigne de l'équipage Soyouz MS-03 qui doit amener Pesquet à la station spatiale.
Insigne de l’équipage Soyouz MS-03 qui doit amener Pesquet à la station spatiale.

Pesquet décolle le à 20 h 20 TUC à bord d’un vaisseau Soyouz. Le Soyouz MS-03 est placé en orbite par une fusée Soyouz tirée depuis le cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan. Le vaisseau Soyouz MS-03 s’amarre à l’ISS, le après 48 heures de manœuvres orbitales.

La mission de Thomas

Durant son séjour dans la station spatiale qui doit durer environ six mois (retour sur Terre en juin 2017), Pesquet est ingénieur de vol. Comme les autres membres de l’équipage, son temps est donc partagé entre la réalisation d’expériences scientifiques et la maintenance de la station spatiale. Quatre sorties dans l’espace sont programmées. Dans le cadre de sa mission, il doit mener plus d’une centaine d’expériences scientifiques pour moitié conçues sous l’égide de la NASA, l’autre moitié sous celle de l’ESA. Parmi ces dernières, sept ont été proposées par l’agence spatiale française, le CNES :

  • Fluidics est une expérience de dynamique des fluides dans l’espace ;
  • ECHO est un échographe expérimental, opéré à distance ;
  • Aquapad est un équipement permettant de déterminer facilement si l’eau est potable ;
  • Everywear est un logiciel sur tablette qui permet de collecter facilement les données des capteurs biomédicaux portatifs connectés en bluetooth et qui mesurent quotidiennement les paramètres physiologiques des astronautes ;
  • MATISS est une expérience de surface intelligente visant à empêcher les bactéries de se poser et de proliférer ;
  • Perspectives est un casque de réalité virtuelle destiné à mesurer l’incidence de l’impesanteur sur les fonctions cognitives ;
  • Exo-iss sont trois expériences pédagogiques développées en collaboration avec des lycéens.

Sa communication avec la terre et son activité

Pendant tout son séjour dans l’ISS, Thomas est resté très présent: notamment en postant beaucoup de photos de la Terre vu de l’espace sous différents angles (certaines fois, avec l’idée de faire prendre conscience aux gens de la pollution) et à fait quelques interview… (par exemple avec des enfants : Questions-Réponses avec Thomas Pesquet !)

Le retour?

Le , il quitte l’ISS, après 196 jours passés à son bord. Il atterrit au Kazakhstan vers 16 h 10 (heure française) avec son collègue russe. Lors de sa mission, il a mené 62 expériences pour le compte d’ESA et du CNES. Je vous propose donc d’aller lire mon article sur le retour de Thomas Pesquet pour en savoir plus…

Son état actuel?

Thomas Pesquet va actuellement très bien et n’a aucune séquelle grave ou irréversible. Il lui reste quelques test à passer mais tout va pour le mieux.

Quelques annonces intéressantes de Thomas

Dans quelques interviews, j’ai relevée que Thomas annonçait qu’il était près à repartir dans l’espace dès qu’il sera de nouveau près et qu’il serait d’ailleurs honoré de faire partie du groupe d’hommes allant sur Mars!!!

Vidéos et liens

Je vous invite fortement à visionner l’émission « Envoyé spécial »sur notre ambassadeur de l’espace publiée par France 2. Bien que celui-ci soit assez long, je l’ai trouvé fabuleux. Il était très complet et absorbant: http://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/envoye-special/envoye-special-du-jeudi-8-juin-2017_2217542.html

Le retour de Thomas Pesquet

Le retour de Thomas Pesquet

L’astronaute français Thomas Pesquet et son collègue russe Oleg Novistki ont atterri au Kazakhstan. C’était le 2 juin 2017, à 16h09, après un séjour de 6 mois dans l’ISS et un vol de 4h dans Soyouz MS-03.

photo de l'atterissage de thomas pesquet

Le Français a ensuite rejoint Cologne (Allemagne), le Centre européen des astronautes, où il a passé sa première nuit. Il y demeurera sous surveillance médicale pendant trois semaines… Le premier examen clinique n’a montré aucun stigmate de son séjour. Le plus difficile a été de retrouver la gravité après six mois en apesanteur. “Pendant les premières heures, la gravité se manifeste sous la forme d’une force tellement forte qu’il semble impossible d’effectuer certaines tâches”. Explique son médecin à l’AFP.

photo de thomas pesquet

Le Français de 39 ans va donc maintenant être soumis à une batterie d’examens médicaux. Ceci permettent également de mesurer les effets de l’apesanteur sur le corps humain. Cette “science spatiale” permet d’identifier les problèmes et de chercher des contre-mesures, qui préserveront la santé des futurs astronautes en partance pour Mars… et peut-être au-delà.

Emmanuel Macron l’aurait d’ailleurs appelé pour le féliciter. Plus d’info: http://www.lci.fr/sciences/vous-nous-avez-fait-rever-ce-qu-emmanuel-macron-et-thomas-pesquet-se-sont-dit-juste-apres-le-retour-sur-terre-de-l-astronaute-2054047.html .

Le lien de son interview France 2

http://www.francetvinfo.fr/sciences/espace/thomas-pesquet/video-l-interview-integrale-de-thomas-pesquet-dans-envoye-special_2227445.html

Je ferais donc très certainement un prochain article, qui résumera toute la mission de Thomas.

Le voici –> Le fabuleux parcours de Thomas Pesquet.

Cassini fait le grand saut !!!

La découverte de Cassini

Vue atmosphère saturne par Cassini
Voici donc une des toutes premières images de la planète Saturne prise pendant le premier passage de Cassini entre la planète et l’anneau D.

Depuis 2004, la sonde américaine Cassini se trouvant en orbite autour de Saturne, a repris contact le 27 avril 2017 avec la NASA après son passage sous les anneaux de Saturne, traversant une zone jusqu’à présent  inexplorée.


 » Nous avons réussi! Cassini est de nouveau en contact avec la Terre. Elle nous transmet des données après avoir plongé avec succès dans l’espace séparant Saturne de ses anneaux. « 
, a tweeté le Jet Propulsion Laboratory (JPL), puis à ajouter: « Le grand saut final est amorcé ! ».  La sonde effectuera maintenant 22 orbites dans cette zone de 2400 km de large.

La suite de sa mission

Après avoir effectué ses 22 orbites, la sonde se préparera au grand saut. Le 15 septembre 2017, elle plongera dans l’atmosphère de Saturne et analysera sa composition. La sonde délivrera ses données jusqu’à sa destruction. Puisqu’en effet, sous l’effet de la vitesse et des forces de frictions, Cassini se vaporisera à la manière d’un météore durant une rentrée atmosphérique.

Voici un petit lien vers l’article du CNES pour en savoir un peu plus sur la sonde: https://cassini-huygens.cnes.fr/

La vie autour de Trappist-1 ?

Introduction

Une question tourne un peu partout en ce moment, pourrait-il y avoir la vie autour de Trappist-1 ? L’étoile Trappist-1 est un peu trop jeune pour que ses planètes aient eu le temps de permettre à la vie intelligente d’apparaître, mais ceci pourrait être un atout…

Quelques infos sur Trappist-1

  • Naine rouge de type M8
  • Age — estimé à partir de la théorie de la structure stellaire et des mesures qui la concernent — au moins 500 millions d’années mais peut-être aussi de plusieurs milliards d’années
  • Située à environ 40 années-lumière de la Terre
  • Possède au moins sept exoplanètes rocheuses, dont certaines sont potentiellement habitables.

La vie autour d’une si jeune étoile?

Effectivement l’étoile Trappist-1 est un peu trop jeune pour habité une forme de vie intelligente. Pourtant, rien n’est perdu, l’absence de civilisation autochtone pourrait être un atout.Image illustrant l'article "La vie sur Trappist-1" Des extraterrestres souhaitant y installer leurs colonies ne rencontreraient alors aucune résistance ou n’auraient pas de raisons de rester à distance. Si de telles colonies existent, elles pourraient communiquer entre elles par ondes radio. Les membres de Seti cherchent à vérifier cette hypothèse ,il tente d’écouter des signaux radio interplanétaires entre ces planètes depuis 2016.

À quoi ressemblent les exoplanètes de Trappist-1 ?

Voici une animation de la Nasa qui montre les portraits possibles des sept exoplanètes autour de Trappist-1. Il s’agit d’interprétations car personne ne les a vues. Elles sont supposées rocheuses et de tailles similaires à celle de la Terre. Trois sont dans la zone habitable et pourraient donc porter de l’eau liquide en surface!


Le ballet des exoplanètes autour de Trappist-1 par Futura-Sciences

Questions-Réponses avec Thomas Pesquet

Quoi?

Ayant eu l’honneur d’assister à la conférence de Thomas Pesquet, le Lundi 20 Mars 2017, sur le thème de l’eau dans l’espace, je vous propose  ici un petit récapitulatif ainsi que mon avis sur la conférence…

Comment?

La conférence se déroula sous forme de question-réponse, entre des enfants et Thomas. Les enfants avaient choisi des questions posées par les internautes et les posaient à Thomas. La conférence étant malheureusement courte, et principalement dédiée à un jeune public, peu de questions adaptées à un public plus mûr furent posées.Résultat de recherche d'images pour "iss"

La mission de Thomas Pesquet?

La mission de Thomas dans l’ISS durent 6 mois, celui-ci est obligé de faire 2h30 de sport par jour car en apesanteur les muscles ne travaillent pas et cela peut devenir dangereux pour la santé. Le but de la mission de Thomas est de faire des expériences pour la science qui sont impossible avec la gravité par exemple.

Communication?

L’ISS est à 400 km d’altitude et est en orbite autour de la terre.
Le signal suit donc un long trajet en passant par différents satellites ainsi que par Houston. Il y a donc un décalage de 5 à 6 secondes.

Quelles questions furent posées à Thomas Pesquet?

Voici quelques questions qui furent posées, que j’ai repris.

-Comment se comporte l’eau dans l’espace?
Nous avons donc eu le droit à une petite démonstration en direct. Je vous propose de voir cette petite vidéo assez semblable.


Des astronautes jouent avec de l’eau en apesanteur par Futura-Sciences.

-L’eau recyclé de votre urine et de votre sueur est-elle bonne?
Oui, nous pensons même installer ce système sur terre. Celui-ci permet à l’ISS, d’être quasiment autonome en eau potable. Il recycle 95 % de l’eau qu’ils consomment.

-Pourquoi n’y a-t-il pas d’eau sur les autres planètes? Car la terre a eu cette chance et pas toutes les autres, mais si, il y en a eu sur Mars bien que sous une autre forme.

-Comment vous lavez-vous sur l’ISS? Nous nous l’avons avec des lingettes que nous imbibons d’eau.

-Comment dormez-vous? Nous sommes attachez  par des sangles dans des couchettes, soit sur les murs, soit par terre. Cela ne pose pas de problèmes comme il n’y a pas de gravité. C’est bizarre au début, car on a l’impression d’avoir la tête dans le vide 🙂 !

-A quoi serviront vos expériences dans le futur? Cela nous servirait à faire des expériences sur l’homme, comme le vaccin, ainsi que des expériences et des études sur les alliages de matériaux par exemple. Nous préparons également la vie futur, quand nous irons sur Mars?

-Quel est votre loisir préféré dans l’ISS? C’est observer et prendre en photo la Terre vu de là-haut. Bien que les photos ne soit pas à la hauteur de ce qu’on voit, la nuit, le désert,… c’est magnifique!

-Quel sera votre plus beau rêve après cette aventure? Ce serait d’arriver à répondre à de grandes questions de la science et grâce à ça, à améliorer la vie des gens.

La ministre lui a alors fait une proposition: Acceptez-vous d’être l’ambassadeur de « l’espace » au près des enfants? Et donc de continuer à vulgariser la science pour eux? Sa réponse fut bien évidement OUI! 😉

Liens:

Observation amateur #2 Lune & Jupiter Mars 2017

Introduction

Et c’est donc partie pour mon observation amateur #2 de la Lune et de Jupiter. Comme je l’avais précisé dans mon observation précédente, j’attendais une meilleure qualité de la part de la caméra CCD. Je pensais donc pouvoir avoir mieux pour ma prochaine observation. Malheureusement, le résultat n’était pas à la hauteur de mes attentes bien que ce soit un peu mieux que la dernière fois. Peut-être que la caméra n’a pas assez de capacité pour avoir de très belles images. Nous voyions des choses plus net avec les yeux qu’avec elle.

Voici les images de l’observation amateur #2

La Lune:

Photo de la lune prise par L'Astronomie de A à Z.
Sans contraste.
Photo de la lune prise par L'Astronomie de A à Z
Avec contraste.

Même si la qualité n’est pas vraiment meilleure, en augmentant les contraste nous avons eu déjà quelque chose de mieux.
Nous avons d’ailleurs observé 2 jolis cratères sur la lune:

Photo de la lune prise par L'Astronomie de A à Z.
Il me semble que c’est Tycho.
Photo de la lune prise par L'Astronomie de A à Z.
Et voici un second cratère.

Voici en bonus une autre photo que je trouve sympathique même si elle ne montre rien de vraiment particulier… 🙂Photo de la lune prise par L'Astronomie de A à Z observation amateur

Jupiter:

Il était déjà tard dans la nuit et nous avons donc décidé d’observer Jupiter. Malheureusement, les capacités de la caméra n’étant pas à la hauteur, nous voyions d’ailleurs mieux avec les yeux. Nous ne distinguons pas les rayures de Jupiter, ne parlons pas de la tache rouge. Nous voyons très légèrement ces satellites et reconnaissons donc la planète. Voici quelques unes de mes photos: 

Voilà c’est donc fini pour cette observation amateur #2! 😉

Observation amateur #1 de la lune mars 2017

Introduction

Voici une petite présentation de mon observation amateur de la lune du vendredi 10 Mars 2017 au soir (23:30) jusqu’au samedi très tôt (02:00 du matin).

Photo du télescope et de son montage appareil photo pour l'observation amateur.
Voici une photo de mon télescope Newton​ avec son montage pour prendre des photos.

Observation amateur et photos: La Lune

Et oui, j’ai donc enfin décidé de me remettre à la observation!

J’ai donc tout simplement commencé par observer la lune à l’aide de mon père, de mon télescope de type Newton, un Célestron PowerSeeker 127EQ (diamètre 127 mm, focale 1 m) et de ma petite caméra CCD faite maison et tout son système.

Ici on peut voir le cratère Tycho.
J’aime bien celle-ci car on aperçoit bien les cratères de la Lune lorsqu’on regarde la tranche.
photo de la lune prise par l'astronomie de A à Z
Celle-ci est assez lumineuse.

Voici quelques photos que j’ai prises et sélectionnées pour vous:

Comme vous pouvez le voir la qualité n’est pas celle attendue, bien qu’elle soit acceptable tout de même. 🙂

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J’ai donc ensuite, avec l’aide de mon père, fait un montage à partir de toutes ces photos.

C’est incomplet, mais je suis plutôt contente. 😉

Caméra CCD

Voici assez rapidement comment ma caméra CCD est faite, si certains sont intéressés, je peux solliciter mon papa (qui m’a déjà beaucoup aidée sur ce projet) pour écrire un article plus technique et avec plus de détails sur cette réalisation, merci de m’envoyer un message ici. Dans ce cas je demanderai à mon père de bien vouloir faire un article un peu plus précis.

Nous avons assemblé:
  • 1 Raspberry Pi  1B
  • 1 webcam pour Raspberry Pi à laquelle on a ôté la lentille et le filtre infrarouge
  • nous avons fabriqué un adaptateur pour portes oculaires avec du tube PVC peint en noir mat pour ne pas avoir de reflets
  • puis nous avons insérer une carte SD de 4 Go sur laquelle nous avons télechargé au préalable le système Rasbian 
  • 1 dongle usb wifi pour pouvoir se connecter
  • nous utilisons une power Bank car il faut bien alimenter la caméra CCDphoto powerbank
  • et nous travaillons avec les logiciels Host Apd et Dnsmask, connecté avec le téléphone, ceci permet de voir et de prendre des photos en temps réel de ce que vois la caméra CCD
  • pour cela, il faut installer l’application RaspiCam Remote sur Android

    Vue en éclaté de ma caméra CCD.
    Vue en éclaté de ma caméra CCD.

Pour finir…

Pour ce qui est des petits points noirs sur certaines photos, ce sont des traces que j’ai fait sur le capteur CCD… Après tout ce n’est que de l’observation amateur! 🙂

photo caméra CCD
Voici ma caméra CCD monté, le petit rond bleu au centre est le capteur CCD.

Ce qui sûr c’est qu’il y a donc une énorme marge de progression sur ce qui est de prendre de belles photos bien nettes et lumineuses.
Je pense que je vais refaire des article comme celui-ci car j’ai déjà prévu une autre observation pour ce soir. 😉

 

Annonce de la NASA TRAPPIST-1 (02/2017)

Trappist-1, qu’est-ce que c’est?

TRAPPIST-1, aussi nommé 2MASS J23062928-0502285, est un système planétaire. L’étoile de ce système est une naine ultra-froide. Comme son nom l’indique, ce type d’étoile est donc beaucoup plus froid que le Soleil.

Autour de cette étoile gravitent au moins sept planètes rocheuses. Il s’agit de planètes de taille similaire ou inférieure à celle de la Terre.

L’étoile et ses planètes ont été découvertes en 2015 (bien qu’il est était annoncé récemment accompagné d’une autre découverte…) à l’aide du télescope belge TRAPPIST (the TRAnsiting Planets and Planetesimals Small Telescope) installé sur deux sites : le site TRAPPIST-S (TRAPPIST Sud) à l’Observatoire de La Silla, au Chili et le site TRAPPIST-N (TRAPPIST Nord) à l’Observatoire de l’Oukaïmeden au Maroc. Ces informations ont été croisées et complétées par celles de quatre télescopes situés aux Canaries, à Hawaï et en Afrique du Sud.

Les 7 exoplanètes?

Image: Système planétaire de TRAPPIST-1 en comparaison avec le système solaire interne.
Système planétaire de TRAPPIST-1 en comparaison avec le système solaire interne.

Comme dit précédemment « Autour de cette étoile gravitent au moins sept planètes rocheuses. Il s’agit de planètes de taille similaire ou inférieure à celle de la Terre. »

De la vie?

Certains pensent qu’il y aurait la vie… Oui, peut-être. De l’eau. Pour l’instant les informations à ce sujet sont faible je reviendrai certainement dessus…

Combien de temps pour y aller?

Ce système est situé à environ 39 années-lumière de la Terre, soit 370 000 milliards de kilomètres.Image représentant un voyage spatial vers TRAPPIST-1. Cependant, 39 années-lumière est une distance incroyable à notre échelle. Il serait possible de rejoindre TRAPPIST-1 en 39 ans en se déplaçant à la vitesse de la lumière, mais ceci n’est pas une possibilité et est une notion totalement contraire aux lois de la physique sauf si un jour nous arrivions à créer une distorsion de l’espace temps (le fameux passage en distorsion temporelle de Star Trek)…

Planck: Qu’est-ce que c’est?

Qu’est-ce que Planck?

Planck est un observatoire spatial développé par l’Agence spatiale européenne (ESA) avec une participation de l’agence spatiale américaine, la NASA.

Image du satellite Planck.

La mission du satellite est de cartographier les infimes variations de température (ou d’intensité) du fond diffus cosmologique ou rayonnement fossile c’est le rayonnement dans le domaine micro-onde montrant l’Univers tel qu’il était 380 000 ans après le Big Bang. La mission Planck a été sélectionnée en 1996 pour être la troisième mission de taille moyenne du programme scientifique de l’ESA Horizon 2000. C’est donc un observatoire spatial, mais également le nom de sa mission.

Que faisait-il?

Fond diffus cosmologique de notre univers.
Fond diffus cosmologique de notre univers.

Celui-ci observait et cartographiait les infimes variations de température (ou d’intensité) du fond diffus cosmologique aussi appelé rayonnement fossile, c’est le rayonnement dans le domaine micro-onde montrant l’Univers tel qu’il était 380 000 ans après le Big Bang.

Image de ce que peut voir Planck.
Image de ce que le satellite voit.

Comment?

Voici une petite vidéo pour mieux comprendre la manière dont le satellite Planck observe notre univers…

Rapidement expliqué, celui ci fait des rotations et scanne le cosmos de plusieurs point de vue pour ensuite établir une carte du rayonnement fossile de notre univers.

Que nous a-t-il permis d’observer de plus?

Voici une comparaison de la résolution des cartes du fond diffus cosmologique qui ont donc été dressées à l’aide des instruments des satellites COBE, WMAP et Planck.

Quand sa mission avait-elle commencé?

Sa mission commenca le 14 mai 2009 lors de son lancement.

Quand s’est-elle terminé?

Celle-ci se termina le 23 octobre 2013, Planck ayant rempli sa mission qui fut d’ailleurs prolonger (Le 19 novembre 2010, l’agence spatiale européenne décide de prolonger la mission Planck d’un an en même temps que celle de plusieurs autres satellites scientifiques). Tous les équipements de Planck sont éteints le 23 octobre 2013. Les résultats scientifiques finaux sont publiés le 10 août 2015 et mis à disposition de l’ensemble de la communauté scientifique.

Pourquoi l’avons nous appelé Planck?

Je ne sais pas vraiment pourquoi nous l’avons appelé comme cela. Mais on peut imaginé que c’est en honneur au physicien allemand Max Planck.

Pour conclure…

Voici ici un petit tableau rassemblant les principales caractéristiques de ce fameux observatoire spatial…

Organisation Agence spatiale européenne
Domaine Rayonnement micro-onde fossile
Statut mission achevée
Masse 1912 kg
Lancement 14 mai 2009
Fin de mission 23 octobre 2013
Autres noms COBRAS / SAMBA
Orbite Héliocentrique
Localisation Point de Lagrange L2
Télescope
Type grégorien
Diamètre 1,5 m
Longueur d’onde micro-onde
Programme Horizon 2000
Identifiant COSPAR 2009-026B
Site ESA
Principaux instruments
LFI Récepteurs de 10 à 90 GHz
HFI 54 bolomètres couvrant 6 bandes de 100 à 857 GHz

Wikipédia.

Lien pour plus d’information sur la mission et le satellite:

Max Planck, qui était-il et que découvrit-il?

Les dates de Max Planck

Max Planck fut un physicien allemand, née  le 2 à KielPhoto de Max Planck en 1933.. Et est mort le 4 octobre 1947 à Göttingen, en Allemagne pendant l’occupation alliée. Il vécu d’ailleurs assez vieux pour son époque.

Ses Découvertes

En 1900, Planck découvre la loi spectrale du rayonnement d’un corps noir aussi appelé la loi de Planck. En 1930, Planck propose donc une formule après de multiples recherches:
E=hv
ℎ est la constante de Planck ;
ν est la fréquence du rayonnement électromagnétique.
(Pour plus d’informations, je vous conseille de lire l’article sur Max Planck de Wikipédia qui se trouve donc dans « Découvertes »)

Son affirmation finale

À la fin de sa vie il conclut. « Pour moi qui ai consacré toute ma vie à la science la plus rigoureuse, l’étude de la matière, voilà tout ce que je puis vous dire des résultats de mes recherches : il n’existe pas, à proprement parler, de matière ! Toute matière tire son origine et n’existe qu’en vertu d’une force qui fait vibrer les particules de l’atome et tient ce minuscule système solaire qu’est l’atome en un seul morceau […]. Nous devons supposer, derrière cette force, l’existence d’un Esprit conscient et intelligent. Cet Esprit est la matrice de toute matière. »

Petit recueil photos astro 2016

Voici un recueil des plus belles photos astronomiques de l’année 2016 de mon point de vue.

Des magnifiques photos de ciels…

  • Falcon 9 dans le ciel de FloridePhotos: Falcon 9 s’élance vers les étoiles.
  • Etoiles filantes, Voie lactée et nature terrestreDialogue des paysages terrestres et célestes. © Raghu Yadavalli
  • Une couronne tressée d’auroresPareille à un arc-en-ciel, une aurore boréale auréole le ciel du Maine. © Aaron D. Priest

  • Superlune au-dessus du cosmodrome de BaikonourLa superlune du 14 novembre, la plus grosse depuis 1948, toise le lanceur Soyouz. © Nasa, Bill Ingalls

  • La Lune des récoltes partiellement éclipséeLa Lune des récoltes s’élevant au-dessus du château de Sesimbra et voilée par une éclipse. © Miguel Claro (TWAN, Dark Sky Alqueva)

  • Traînées d’étoiles et aurore boréaleLes étoiles les plus brillantes du ciel boréal laissent un filet lumineux accompagnant la rotation de la Terre. Une aurore s’est invitée dans ce décor naturel. © Deepanshu Arora

  • Aurore et Voie lactée dans le ciel australAurore australe photographiée le 8 mai en Nouvelle-Zélande. © Manoj Kesavan

  • Éclipse totale du Soleil du 9 mars 2016Le 9 mars, les habitants d’Indonésie ont pu voir la Lune grignoter le Soleil. © Justin Ng

  • Dernières images de RosettaUne des dernières images prises par Rosetta avant son crash sur la comète Tchouri. © ESA, Rosetta, MPS for OSIRIS Team MPS, UPD, LAM, IAA, SSO, INTA, UPM, DASP, IDA

  • Jupiter vue de près par la sonde JunoUne des huit tempêtes formant le « collier de perles » qu’arbore la géante Jupiter. © Nasa, JPL-Caltech, SwRI, MSSS

  • Le Tchèque Pavel Pech avec Perseus Molecular Cloud a remporté le deuxième prix dans la catégorie « Etoiles et nébuleuse ». La constellation de Persée a été prise depuis le parc national de Sumava, en République tchèque.
  • Le Brésilien Carlos Fairbairn gagne le prix spécial du « Meilleur nouveau venu » avec sa photo intitulée Large Magellanic Cloud.CARLOS FAIRBAIRN.
  • Le Britannique Ainsley Bennett a remporté le premier prix dans la catégorie « Vue du ciel », avec Binary Haze. AINSLEY BENNETT
  • L’Espagnol Jordi Delpeix Borrell, gagnant dans la catégorie « Notre lune », avec From Maurolycus to Moretus. JORDI DELPEIX BORRELL

Voici quelques liens…

Homme pour Mars, la NASA recrute déjà!

Introduction

L’homme rêve depuis longtemps d’aller sur Mars. Mais à l’heure où certains parlent des premières colonies, la NASA lance une sorte de campagne de mobilisation de tous les talents. Nous sommes d’ailleurs nombreux à rêver de pouvoir aller sur Mars. Certains sont d’ailleurs même prêts à le faire au sacrifice de leur vie. Tant pis s’il n’y a pas de retour possible ou que le voyage soit dangereux.

Aujourd’hui, la NASA vs. SpaceX

En ce moment même, nous sommes déjà en train de recruter des personnes pour le premier envoi d’homme vers Mars. Logo de la NASA.

La NASA prévoit d’envoyer les premiers Hommes dans la décennie 2030. Le milliardaire Elon Musk, patron de SpaceX, envisage, lui un départ anticipé en 2024 (arrivée prévue sur Mars en 2025). Selon ses plans divulgués en détail le 28 septembre 2016, les premiers colons d’une base entièrement autonome pourraient débarquer sur Mars dans 40 ans, mais seulement si tout ce passe bien.Logo de SpaceX.

Un vol habité vers Mars soulève évidemment des enjeux techniques, mais aussi des enjeux sociaux et psychologiques auxquels on ne pense pas forcément au premier abord.
Futura-Sciences a interviewé Charles Frankel, planétologue, pour qu’il nous parle des relations entre astronautes durant un vol habité de ce type. Voir la vidéo ci-dessous.


La vie durant le voyage vers Mars par Futura-Sciences

Ressources

http://mars.nasa.gov/multimedia/resources/mars-posters-explorers-wanted/

http://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/astronautique-hommes-mars-nasa-recrute-deja-64758/

Une Nouvelle Série: Mars !

La série

Nouvelle Série MARS Sur National Géographic Channel! Une émission sur « Mars« , mais aussi une fiction de ce qu’il pourrait y avoir en 2033 sur la petite planète… « Mars », mini série en 6 épisodes sur National Geographic, chaque dimanche à 20h35.

Photo d'annonce de la série Mars.

Petit résumé/introduction

Pour la survie de l’humanité, il faut établir une base martienne. C’est l’histoire de la première colonie humaine sur Mars. C’est ce que nous raconte la mini-série en six épisodes sur la chaîne TV National Geographic. Une réussite!

2033

Nous sommes en 2033 et le vaisseau Deadalus achemine l’équipage de la première mission humaine vers la Planète rouge. Les plus éminents spécialistes des agences spatiales, les entrepreneurs, les penseurs de l’espace semblent tous convaincus : la survie de l’espèce passe par Mars. L’humanité doit s’établir sur une autre surface planétaire pour espérer échapper à la pénurie de ressources terrestres. Mars semble donc la destination la plus simple à atteindre.

Image de l'équipage de la série sur Mars.
Image de l’équipage de la série sur Mars.

Le premier épisode diffusé dimanche 20 novembre à 20h35 en VF, raconte le départ depuis la Terre et l’arrivée sur Mars. Pendant la préparation, chacun des membres de l’équipage répond à une interview. C’est donc l’occasion de saisir la diversité des personnalités, des rêves et des fêlures. Mais il va aussi falloir rompre à tout jamais avec tous les moments de bonheur terrestre. Mais aller sur Mars est une autre affaire que de traverser l’Atlantique, de ce fait, les problèmes ne manquent pas.

2016

C’est là que se situe l’originalité de la série : nous retournons en 2016 et c’est Elon Musk, le célèbre entrepreneur inventeur ingénieur et milliardaire à la tête de Space X (entreprise spatiale privée) qui explique les difficultés techniques de l’aventure ou encore Robert Zubrin, le célèbre ingénieur de Mars Society, cette société savante qui fait du lobbying pour les voyages martiens. Ainsi la série jongle entre deux temporalités. La fiction qui se situe dans moins de deux décennies et le documentaire riche en informations scientifiques et techniques de 2016 alternent une fois l’un une fois l’autre… C’est donc un docu-fiction où l’on se projette dans le futur tout en ayant à l’esprit les problèmes qui restent encore à résoudre pour pouvoir bâtir une colonie humaine sur Mars.

Mon avis

Je vous la recommande à 100% , elle me fait beaucoup penser au film Seul sur Mars. Sauf qu’ici c’est une série et en plus de la fiction il y a une émission sur Mars. Je trouve qu’on en apprends beaucoup mais tout en regardant sa série de science-fiction.

Page officiel de la série.