Tous les articles par La rédaction

Y aurait-il encore des volcans actifs sur Vénus?

Des volcans actifs?

Lorsque la sonde Magellan a fourni une cartographie relativement précise de la surface de Vénus. Il est apparu clairement que sa surface n’était pas criblée de cratères, comme le sont celles de Mercure, Mars et la Lune. En revanche, des traces d’une activité volcanique importante étaient visibles. Ceci n’est pas vraiment surprenant puisque Vénus est d’une taille comparable à celle de la Terre. Elle devrait donc posséder des réserves de chaleur encore importantes. Mais les volcans détectés sont-ils toujours actifs aujourd’hui ?

Cartographies des coulées de lave des volcans de Vénus.
Cinq coulées de lave (lava flow unit ou lFU) sont identifiées dans les images radar de Magellan autour du volcan Idunn Mons. Elles sont indiquées sur cette image par des contours colorés. © Nasa, ESA, DLR

D’étranges températures

En 2010, il faisait étrangement chaud à certains endroits. Les premières études approfondies laissaient penser qu’il pouvait s’agir de coulées de lave encore en train de refroidir. L’absence de détails montrant l’œuvre de l’érosion, on pouvait en conclure qu’elles s’étaient mises en place il y a moins de 2,5 millions d’années et peut-être même il y a moins de 250.000 ans.                                                Futura.

 

Evénement rare! La plus grande Super-Lune!

Le 14/11/2016

Sortez vos jumelles, vos télescopes ou même votre œil nu! Le lundi 14 Novembre 2016, soyez près à observer la plus grande Super-Lune du siècle! En effet, il n’y en aura pas d’autre Super-Lune avant le 25 Novembre 2034 et encore elle ne sera pas aussi grosse que celle-ci! Autant vous dire que ce lundi 14 novembre, mieux vaut jeter un œil par sa fenêtre! À l’occasion de cet événement, notre satellite naturel semblera en effet 14% plus gros que d’habitude, mais aussi 30% plus brillant. Bref, le 14 novembre, nous avons tous rendez-vous avec la Lune ! (Pourvu qu’il n’y ait pas de nuages !)Photo d'une Super-Lune.

Qu’est ce qu’une Super-Lune?

C’est une pleine ou nouvelle lune qui coïncide avec une distance minimale du satellite à la Terre.

Animation de la zone de passage de la Lune lors de cette Super-Lune.
Animation de la zone de passage de la Lune.

Ce nom populaire correspond à l’expression scientifique périgée-syzygie.

Toutes nos sondes spatiales: Soleil

Tableau des sondes spatiales Soleil:

Voici ici un tableau retranscrivant toutes les sondes spatiales pour le Soleil.photo sondes spatiales

Avant 1970

Avant 1970, les sondes spatiales lancées pour l’observation du Soleil étaient des sondes « Pioneer », de Pioneer 5 à Pioneer 9 et Pioneer E.

Sonde Agence Date Type Statut Notes
Pioneer 5 Drapeau des États-Unis NASA /DOD Mars– Orbiteur Succès Étude du champ magnétique, des particules des éruptions solaires, et de l’ionisation dans l’espace interplanétaire.
Pioneer 6 Drapeau des États-Unis NASA – toujours contactable en 2000 Orbiteur Succès  

 

Groupe de   sondes de « météo spatiale » en orbite solaire, étude du vent solaire, des rayons cosmiques, et des champs magnétiques.

Pioneer 7 Drapeau des États-Unis NASA – toujours contactables en 1995 Orbiteur Succès
Pioneer 8 Drapeau des États-Unis NASA – toujours contactables en 2001 Orbiteur Succès
Pioneer 9 Drapeau des États-Unis NASA Orbiteur Succès
Pioneer E Drapeau des États-Unis NASA Orbiteur Échec Prévue pour être la 5eme sonde du groupe Pioneer 6–9; la mise en orbite a échoué.

 

De 1970 à 2000

De 1970 à 2000, sept sondes ont été envoyé pour le Soleil. Les sondes Helios 1 et 2, ISEE-3, Ulysses (1er passage), WIND, SoHO et ACE.

Sonde Agence Date Type Statut Notes
Helios 1 Drapeau des États-Unis NASA/
Drapeau de l'Allemagne BWF
– 1982 Orbiteur Succès Étude du vent solaire, des champs magnétiques, des rayons cosmiques et de la poussière interplanétaire entre la Terre et le Soleil.
Helios 2 Drapeau des États-Unis NASA/
Drapeau de l'Allemagne BWF
– ~1985 Orbiteur Succès
ISEE-3 Drapeau des États-Unis NASA 1978 – 1982 Orbiteur Succès Étude du Soleil avec les sondes ISEE-1 et ISEE-2; sera renommé International Cometary Explorer (ICE) et envoyé vers la comète Giacobini-Zinner.
Ulysses
(1er passage)
Europe ESA/
Drapeau des États-Unis NASA
Orbiteur Succès Observations du pôle sud du Soleil.
Observations du pôle nord du Soleil.
WIND Drapeau des États-Unis NASA — toujours active (octobre 2007) Orbiteur Succès Mesure du vent solaire.
SoHO Europe ESA/
Drapeau des États-Unis NASA
– toujours active (mai 2016)  Orbiteur  Succès  Étude de l’intérieur du Soleil, de la couronne solaire et du vent solaire.
ACE Drapeau des États-Unis NASA Août 1997 – toujours active () Orbiteur Succès Étude du vent solaire.

 

A partir de 2000

De 2000 à Aujourd’hui, cinq sondes ont été lancés pour le soleil et il y a encore 3 projets dont certains en cours.

Sonde Agence Date Type Statut Notes
Ulysses
(2e passage)
Europe ESA/
Drapeau des États-Unis NASA
Orbiteur Succès Observations du pôle sud du Soleil.
Observations du pôle nord du Soleil.
Genesis Drapeau des États-Unis NASA 2001 – 2004 Orbiteur/
retour d’échantillons
Succès partiel Retour d’échantillons du vent solaire; la capsule de retour s’est écrasée sur Terre, quelques échantillons ont été sauvés.
STEREO A Drapeau des États-Unis NASA – toujours active () Orbiteur En cours Imagerie en stéréo des éruptions solaires. Mission prévue pour une durée de deux ans.
STEREO B Drapeau des États-Unis NASA – toujours active () Orbiteur En cours
Ulysses
(3e passage)
Europe ESA/
Drapeau des États-Unis NASA
Orbiteur Succès Observations du pôle Sud du Soleil.
En route Observations du pôle nord du Soleil.
Solar Sentinels (en)   Drapeau des États-Unis NASA \    Multi-orbiteur Projet  Six sondes d’observations du Soleil.
Solar Orbiter Europe ESA 2017 Orbiteur Projet Observations du Soleil, lancement prévu en 2017.
Solar Probe Plus Drapeau des États-Unis NASA 2018 Orbiteur Projet Observations de la couronne solaire.

Wikipédia.

Mercure

Information globales sur Mercure

Photo de la planète Mercure. Image tirée de Wikipédia.
Photo de la planète Mercure. Image tirée de Wikipédia.

Mercure est la planète la plus proche du Soleil et d’ailleurs celle ci est une planète tellurique. Son éloignement du Soleil est compris entre 0,3075 et 0,4667 UA. UA est l’unité astronomique de longueurs. La surface de Mercure[glossary] est environ à  -183°C là où les rayons solaires ne parviennent jamais et 427°C au point [glossary]subsolaire, cette planète a donc bien des températures différentes… Elle est la plus petite planète du système (sans compter Pluton) elle met d’ailleurs 58,646 jours à faire le tour du Soleil. Cette petite planète a une couleur grise et terne qui peut tourne un peu au rouge à cause du fait qu’elle soit près du Soleil. Dans certains elle me rappelle la couleur de Mars bien que celle ci soit toujours de couleur rouge…

Informations plus précises

Elle a été découverte par les romains il y a fort longtemps. La petite planète doit son nom au dieu qui s’apelle Mercure ou bien Hermès du commerce et des voyages, également messager des autres dieux dans la mythologie romaine.

Représentation du dieu Mercure. Image Tirée du site Mythologica.
Représentation du dieu Mercure. Image Tirée du site Mythologica.

La planète a été nommée ainsi par les Romains à cause de la vitesse à laquelle elle se déplaçait. Elle est près de trois fois plus petite que la Terre. Bien qu’elle soit presque aussi dense qu’elle, avec une gravité de surface pratiquement égale à celle de Mars. Celle ci étant pourtant près de deux fois plus massive.

Etrange signal radio de l’étoile HD 164595

En effet, un étrange signal radio venu de l’étoile HD 164595 aurait été capté le 15 mai 2015 par le radiotélescope RATAN-600…Photo correspondant a un etrange signal radio de HD 164595

Pour Seth Shostak, astronome à l’institut Seti, il est peu probable que le signal radio capté le 15 mai 2015 par le radiotélescope RATAN-600 soit le fait d’une civilisation extraterrestre voulant entrer en communication avec nous. En effet, sur les 39 tentatives d’« écoute » menées par l’équipe, le signal n’est arrivé qu’une seule fois, a-t-il relevé. En outre, il rappelle que les découvreurs n’avaient pas jugé nécessaire alors de les prévenir. Bien que celle ci soit la procédure en cas de détection d’un « candidat-Seti ». Autrement dit, ils n’y croyaient pas trop.

Quelques témoignages sur le phénomène HD 164595…

Il est plus probable que ce soit une interférence terrestre qui en soit à l’origine. Néanmoins, « nous continuerons de surveiller ce système d’étoile, a indiqué l’astronome. On n’a pas encore couvert toute la gamme de fréquences dans laquelle le signal pourrait être situé ».

Sur ceux les chercheurs insistent bien sur le fait que personne n’a encore conclu qu’il s’agit d’un signal émis par une civilisation extraterrestre. C’est une hypothèse parmi les autres envisagées. C’est même en dernier recours. En attendant, il est nécessaire de recueillir davantage d’informations sur cette étoile. Elle serait située à seulement 95 années-lumières (c’est donc relativement proche à l’échelle de la Galaxie)…                                                                 Futura…

L’univers serait une illusion?…

Voici la dernière théorie sur l’univers qui suppose que c’est une illusion. Ceci peut paraître absurde mais nos scientifiques s’y intéressent de plus en plus…

Principe holographique: théorie selon laquelle l’univers est une illusion

Malgré nos grand télescopes, malgré des siècles de recherche scientifiques et le développement d’un appareillage théorique conséquent, la nature profonde de la réalité du monde physique nous échappe encore. Ciel & Espace. 

Photo de couverture du magazine Ciel et Espace, L'univers est-il une illusion?
Photo de couverture du magazine Ciel et Espace, L’univers est-il une illusion?

Vivons nous dans un hologramme, dans la projection à 3 dimension d’une réalité plus profonde qui serait en 2D? Cet théorie peut nous paraître absurde, elle est baptisée « principe holographique ». Elle occupe de plus en plus nos scientifiques (astrophysiciens et physiciens théoriciens).

 

 

Plongeon dans le Soleil !

En effet comme vous avez pu le voir sur l’image ci-dessous ce fut impressionnant et surtout magnifique à observer! La comète trace une superbe ligne sur le Soleil.

En image « plongeon sur le Soleil » !

Image de la comète plongeant dans le Soleil.Le 4 août, à 0 h 54 TU (2 h 54 en France métropolitaine), la comète n’était plus très loin du Soleil. Celui-ci est ici masqué par le disque central du coronographe de Soho. Le cercle blanc indique sa taille. À droite du Soleil, on distingue les étoiles les plus brillantes de l’amas ouvert Messier 44 (M44). Elle sont aussi nommé la Ruche ou l’amas de la Crèche. En ce début août, l’astre solaire brille devant la constellation du Cancer (Cancri). © Esa, Nasa, Soho

En vidéo

Voici maintenant l’action en vidéo…

Voici la première:

Et la seconde un peu plus longue:

 

Une nouvelle preuve pour Planète X

De plus en plus de preuve pour Planète X

En effet,  Planète X aurait fait basculer les orbites du Système solaire. La neuvième planète du Système solaire n’a toujours pas été observée. Mais en attendant la preuve de son existence, les astronomes viennent de découvrir un argument de plus pour la prendre au sérieux. Les perturbations gravitationnelles qu’elle exercerait rendent compte d’une énigme de la mécanique céleste. C’est l’inclinaison des orbites des autres planètes par rapport à l’équateur du Soleil. Vue d'une artiste de Planète X.

Chronologie des découvertes de planète éloigné

Fin août 1846, l’astronome français Urbain Le Verrier rendait public le résultat des calculs qu’il avait menés en utilisant la théorie des perturbations en mécanique céleste. Elle a été intensément développée par Lagrange et Laplace des dizaines d’années plus tôt. Elle servait pour étudier, notamment la stabilité des orbites du Système solaire. Il en résultait qu’une nouvelle planète existait au-delà d’Uranus. Et que c’est l’influence de sa gravité qui expliquait les anomalies des mouvements de la planète découverte au XVIIIe siècle par Herschel. Il s’agissait bien sûr de Neptune. Celle autour de laquelle un autre astronome français, André Brahic, découvrira des anneaux au XXe siècle.

L’histoire est-elle en train de se répéter singulièrement à 170 ans d’intervalle ? On se souvient de l’annonce retentissante, le mercredi 20 janvier 2016, de la possible existence d’une neuvième planète dans le Système solaire. Elle provenait de la publication d’un article dans The Astronomical Journal. Celui écrit par deux chercheurs du célèbre Caltech, Mike Brown et Konstantin Batygin. En analysant les caractéristiques des orbites d’objets transneptuniens, ils en avaient déduit la présence d’une géante gazeuse comparable en masse et en taille à Neptune. Elle serait à plus de 30 milliards de kilomètres du Soleil! Il pourrait s’agir d’une exoplanète capturée par le Soleil ou d’un corps. Et celui-ci se serait formé comme les autres, à l’aube de l’histoire du Système solaire et aurait ensuite migré.

Petite conclusion

On ne sait toujours pas si cette planète X existe bel et bien mais un nouveau rebondissement vient de se produire et il est fascinant. X étant ici une lettre, comme celle désignant une quantité inconnue en algèbre et non un chiffre. Il provient de deux équipes de chercheurs qui ont déposé sur ArXiv deux articles dont les conclusions sont très similaires. Elles rendent plus crédible encore l’existence d’une neuvième planète. Il s’agit d’un côté, et sans surprise, de Konstantin Batygin et Michael E. Brown avec leur collègue Elizabeth Bailey, et de l’autre, de Rodney Gomes, Rogerio Deienno et du célèbre Alessandro Morbidelli.

Précisions

J’ai tiré cet article de Futura-Science car je l’ai trouvé très bon et                    complet.

Analyses de nouvelles atmosphères

Hubble commence à analyser les atmosphères de possibles exoterres

Le télescope Hubble avait déjà permis d’étudier la composition chimique d’atmosphères d’exoplanètes, mais seulement de géantes gazeuses et de super-terres. Grande première : des astrophysiciens ont pu l’utiliser pour caractériser, partiellement, des atmosphères de petites planètes rocheuses, de la taille de la Terre.

Vue d'un artiste de l'atmosphères d'exoplanètes.
Une vue d’artiste depuis les environs d’une des trois planètes en orbite autour de l’étoile Trappist-1, une naine rouge très froide située à seulement 40 années-lumière de la Terre. Ce sont les premières planètes découvertes autour d’une telle étoile si petite et si peu lumineuse. Sur l’image, l’une des planètes internes passe devant le disque de sa petite et peu lumineuse étoile. © ESO, M. Kornmesser
Une réussite de bon augure avant la mise en service de télescopes plus puissants encore.
En savoir plus sur Futura Science.

Nouvelles découvertes de Kepler

Les découvertes de Kepler

Le satellite Kepler continue sa chasse aux exoplanètes et le résultats sont très abondants! En effet le satellite a déniché une centaine d’exoplanètes. Dont cinq dont le cas nous intéressent encore plus, puisque elle pourrait être habitable… Dans le cadre de la mission K2, 104 nouveaux mondes viennent d’être ajoutés, après confirmations avec des télescopes terrestres.

Illustration d'exoplanète Kepler.
Illustration des quatre planètes rocheuses légèrement plus grosses que la Terre découvertes par Kepler autour de l’étoile K2-72 (une naine rouge). Deux d’entre elles sont dans la zone habitable de cette étoile plus froide que le Soleil. K2-72c, dont la période orbitale est de 15 jours, serait 10 % plus chaude que la Terre. K2-72e, où l’année dure 24 jours, serait quant à elle 6 % plus froide. Nasa.

Un système de quatre planètes rocheuses a été débusqué, à seulement 181 années-lumière de chez nous.

 

 

 

Vidéo et lien sur le sujet:

Dans notre ciel d’été!

Eh oui, c’est l’été et notre ciel nous propose de magnifiques choses à observer! Je vous propose cette article pour en savoir plus…

Un ciel de météores et un ballet de planètes!

Voici tout ce que vous devriez pouvoir observer durant votre été dans le ciel! Ce début d’été vous proposera trois maxima de météores, dont les delta-Aquarides sud, la planète naine Pluton qui sera à l’opposition, et de belles rencontres de la Lune avec Jupiter, Mars et Saturne. On notera également un rapprochement entre Mercure et Vénus, mais difficilement visible dans les lueurs du crépuscule.                                                                     Futura.

image de synthèse représentant une planète et un météore en fusion en collision avec elle dans le" ciel de l'espace".

Bonnes observations et bonnes vacances!

Hubble est prolongé jusqu’en 2021!

Introduction sur Hubble avant d’aborder le sujet

Tout d’abord une petite vidéo d’introduction pour tout ce qui ont oublié ou ne connaissent pas très bien Hubble. Je rappelle que c’est un télescope spatial. Pour plus d’information,  je vous propose d’aller faire un tour sur cette page de notre fameuse encyclopédie en ligne: https://fr.wikipedia.org/wiki/Hubble_(t%C3%A9lescope_spatial)

Revenons en au sujet initial

Eh bien oui, comme vous l’avez découvert dans le titre, Hubble est prolongé jusqu’en 2021.  Après 26 années dans l’espace, il fonctionne toujours aussi merveilleusement bien. Alors, pourquoi voudrions nous le mettre hors service ? Sa mission vient donc d’être prolongée de cinq ans, ou plutôt jusqu’en 2021. Nous supposons que pour fêter cette annonce , la Nasa vient de mettre en ligne une superbe image d’un amas stellaire dans le Grand nuage de Magellan que voici ci-dessous: Photo d'un amas ouvert pris par Hubble.

Dans l’amas ouvert NGC 1854, vu par Hubble, les étoiles sont de masses différentes mais cependant presque toutes nées en même temps, par effondrement gravitationnel et fragmentation d’un nuage moléculaire. Les étoiles visibles sont donc jeunes et, dans un milliard d’années tout au plus, elles seront dispersées. Pour un Terrien, NGC 1854 est observable depuis l’hémisphère sud.  Nasa, Esa

Un nouveau venu mais une belle nouvelle quand même…

Le télescope spatial James Webb devrait être lancé par une fusée Ariane en 2018. Il devrait récolter de belles découvertes en cosmologie et en exobiologie. Pour autant, l’arrivée prochaine de cette vedette très attendue ne signifie pas que Hubble ne sera plus utilisé. La NASA vient de faire savoir que des fonds sont disponibles pour l’exploiter jusqu’au 30 juin 2021, au moins.

Nouveau type de météorite:Österplana

On a collecté environ 50.000 météorites sur Terre mais celle retrouvée dans une carrière suédoise, piégée dans du calcaire qui s’est déposé il y a 470 millions d’années, ne ressemble à aucune autre, la météorite Österplana 065. Cette découverte nous donne peut-être des informations précieuses et inédites sur l’histoire de la biosphère et du Système solaire. Jusqu’à 2011, les chercheurs n’avaient découvert qu’un seul type de météorites, des chondrites ordinaires de type L, qui constituent environ 35 % de l’ensemble des météorites cataloguées, et 40 % des chondrites ordinaires, représentant 87 % des quelque 50.000 météorites collectées sur Terre.

La nouvelle météorite: Österplana

Photo d'un morceau de météorite Österplana.
Photo d’un morceau de la météorite Österplana.

La météorite Österplana 065 (8 × 6,5 × 2 cm) est entourée d’un halo gris dans du calcaire autrement rouge, donc oxydé. On pense que l’oxygène a été consommé par l’altération de la météorite, alors au fond de la mer de l’Ordovicien où se déposaient les sédiments. La pièce de monnaie a un diamètre de 2,5 cm.

En image:

Représentation artistique de la collision de 2 astéroïdes.

Une vue d’artiste montrant la collision violente entre deux astéroïdes. De nombreux débris sont produits, dont certains retomberont un jour sur Terre. Celles que l’on nomme des chondrites ordinaires constituent 87 % des quelque 50.000 météorites collectées à ce jour sur notre planète.