Archives de catégorie : Observation

Les différentes étapes pour l’observation du ciel

Voilà, vous êtes prêt pour l’observation. Vous venez de vous équiper avec un petit télescope ou une lunette la nuit tombe … mais comment fait-on pour avoir une image dans ce « foutu » oculaire ?

Préparation du matériel

Et oui, il est préférable de penser à préparer son matériel avant que ce soit tout noir __ « ta gueule ! » 😉 __ [Ceux qui ont vu RRRrrrr!! comprendrons]
Je vous recommande donc de déballer et assembler une première fois votre matériel au calme à l’intérieur avant de rejoindre votre lieu d’observation.

Choix du lieu d’observation

Choisissez un lieux dégagé, éloigné des lumières de la ville. Un point haut vous permettra d’avoir un maximum de dégagement; veillez cependant à ce que le terrain ne soit pas trop accidenté, ce qui facilitera le calage du matériel et vous permettra d’évoluer librement dans l’obscurité durant la phase d’observation.

Pensez à emporter une torche et des vêtements chaud, les observations conduisant souvent à de longues attentes immobiles, vous pourriez avoir froid.

Mise en station du matériel

La mise en station consiste à caler correctement votre matériel. Il vous faudra veiller dans tous les cas à positionner votre monture horizontalement et à l’orienter vers le pôle terrestre opposé à l’hémisphère dans lequel vous vous trouvez. Si vous possédez une monture équatoriale, il vous faudra également veiller à régler l’inclinaison du plan orbital de la monture en fonction de votre latitude.

Matériel et données nécessaires à l’observation:

  • Une boussole (attention à ne pas la fausser si votre monture est métallique)
  • Un niveau à bulle (Un smartphone équipé d’accéléromètres et d’un capteur magnétique remplacera ces deux derniers points)
  • La latitude de votre lieux d’observation

Première mise au point et réglage du chercheur

Si vous ne l’avez pas déjà fait lors de l’assemblage de votre matériel, il va vous falloir régler le chercheur dans l’axe du télescope. Pour cette étape, je m’aide généralement d’un satellite naturel en orbite autour de notre vieille planète (devinez donc auquel je pense 😉 ).

Attention, la lune est un objet très lumineux et si votre matériel est assez gros, vous pourriez facilement vous éblouir, pensez donc à utiliser un cache sur le tube pour réduire la lumière.

Sinon la procédure de mise au point est assez simple: mettez en place votre oculaire de focale la plus longue (pour moi, il s’agit d’un 25mm redressé), visez manuellement la lune jusqu’à obtenir de la luminosité dans l’oculaire, faite une mise au point en agissant sur le coulissant.

Pour caler le chercheur, utilisez les commandes de réglage fin de déclinaison et d’ascension droite après les avoir verrouiller pour placer notre bel astre au centre de l’oculaire. Maintenant agissez sur le calage du chercheur pour que la Lune soit également centrée sur le réticule. Le réticule de la plupart des chercheurs est orientable, maintenant que vous êtes en station, je vous recommande de le faire pivoter pour l’aligner sur l’axe des déclinaisons en effectuant des petits mouvements sur ce dernier. Vos recherches et cadrages n’en seront que facilités.

Enfin, vous pouvez maintenant étalonner vos cadrans de coordonnées sur les coordonnées célestes actuelles de l’astre que vous obtiendrez aisément sur votre carte du ciel .

Recherche

Choisissez l’astre à observer au moyen d’une carte du ciel du moment  ou une bonne application sur votre smartphone (attention cependant si vous êtes en rase campagne hors couverture réseau et que votre application ne fonctionne pas hors ligne).

Tourner rapidement votre monture pour amener les cordonnées de l’astre sur les cadrans, puis dans le chercheur, tentez de reconaître le dessin des constellations pour se positionner plus précisément sur l’astre souhaité au moyen des commandes de réglage fin.

Observation

L’astre tant attendu est à présent normalement visible dans l’oculaire. Un réglage fin de la mise au point et du cadrage peu cependant être nécessaire. Profitez en alors pour affiner le réglage du chercheur.

Vous pouvez en cours d’observation, changer d’oculaire et opter pour une focale plus courte, pour ce faire remplacer délicatement l’oculaire dans le coulisseau pour ne pas modifier les réglages, normalement seule une nouvelle mise au point est nécessaire.

En fonction de la focale et donc du facteur de grossissement il peut être nécessaire d’affiner encore une fois les réglages. A fort taux de grossissement, les astre défilent assez vite dans votre champ de vision, si tel est le cas, il est temps de passer à l’étape suivante.

Suivi

A suivre …

Les météores et les météorites

météore enflammé dans l'espace.Les météores

Les météores sont des morceaux de roche en feu qui traversent l’atmosphère terrestre. Plus connu sous le nom  « d’étoile filante  ».

Les météorites

Les météorites sont des roches d’origine extraterrestre qui on survécu à la traversée de l’atmosphère. Une météorite peut mesuré de quelque mètre jusqu’àimage d'une météorite rentrant dans l'atmosphère terrestre. quelque dixaine de kilomètre. 99,4% des météorites analysées proviennent de fragments d’astéroïdes ou de météoroïdes.

Les différences entre les météores et météorites

La différence entre un météore et une météorite c’est: qu’un météore est un phénomène que l’on observe dans l’atmosphère, et aussi un corps céleste qui se désintègre pendant sa chute dans l’atmosphère. Alors qu’une météorite, c’est un fragment de corps céleste qui percute le sol d’un astre.

météores dans l'espacepluie de météorites

Petits conseils pour des observations

Les bonnes périodes
pour des observations

Tout d’abord, je vous conseille des observations pendant les périodes froides car quand il fait chaud, cela cause des perturbations thermiques et donc vous risquez de voir votre planète ou votre étoile floue.

Les endroits conseillés

Ensuite, je vous conseille de l’observer à un endroit éloigné des lumières de la ville. Comme cela, votre objet visé sera plus lumineux et vous le verrez mieux.

Les bons télescopes

Et enfin, je vous conseille de travailler avec un bon télescope comme un télescope newton de Celestron par exemple.

Photo Celestron-127EQ-PowerSeeker pour des observations assez bonnes.
Voici mon télescope, c’est un Celestron-127EQ-PowerSeeker.

Les astéroïdes

Définition

Les astéroïdes sont des morceaux de roche, de métal et de glace, qui mesurent quelques dizaines de mètres jusqu’à plusieurs kilomètres.

Exemples d’astéroïdes connus

Astéroïdes Ida vu de deux façons
Ida ou plutôt 243 Ida est un astéroïde qui fait partie de la ceinture du système solaire. Son demi- grand axe mesure 428000 x 10 à la puissance 6. Sa vitesse orbitale est en moyenne de 17,60 km/s.
Astéroïdes Apophis
Son nom complet est 99942 Apophis, il mesure environ 325 m de diamètre et est souvent appelé la fin du monde. Mais c’est faux ! Il est appelé comme ça car il va passer très proche de la Terre en 2029: à près de 36000 km de la Terre, le 13 avril plus exactement.

 

La ceinture d’astéroïde

Notre système solaire est composé de 8 à 10 planètes (selon les différentes théories, voir discutions sur pluton et existence de Planète X), mais il comprend également à mi chemin entre les planètes Telluriques et les planètes gazeuses, une ceinture d’astéroïdes. Cette dernière est assimilable à un anneau géant composé de morceaux de roche, de glace et autre en suspension dans l’espace et en orbite autour du soleil. Ceux sont les astéroïdes qui sont très nombreux.

Vénus

Vénus est la 2eme planète en partant du Soleil. Elle est aussi la sixième planète par taille ou par masse décroissante. La distance entre Vénus et le Soleil est comprise entre 0,718 et 0,728 UA. C’est une planète tellurique. La température à la surface de Vénus est de 465°C. Sa période orbital est de 224,7 jours.